Mes photos Instagram

Au salon du livre de Montréal

 

Samedi j’ai passé ma mâtiné au Salon de livre.

La première heure a été plaisante, pas beaucoup des gens, j’ai pu me promener entre les livres, regarder, choisir …

J’avais une liste. En général des livres que je ne retrouve pas dans les librairies. Dans mon vain espoir je m’attendais de les toutes trouver, mais non. Aucun. J’ai été déçue.

En réalité ce salon est une immense librairie. Rien de spécial, rien d’inattendue.

J’ai eu par contre le grand plaisir de d’avoir l’autographe de Éric-Emmanuel Schmitt sur deux de ses romans (que je vais vous présenter dans les prochaines jours).

Vers onze heures, déjà il y avait tellement de monde, que le plaisir de côtoyer les livres c’estomper de lui-même. J’ai passé quand même deux belles heures dans une grand librairie, mais pas plus. Comme d’habitude dans le denier temps pour avoir une livre de grands Éditions on doit se retourner vers l’Internet.

Ma dernière visite en librairie avant le salon, date de la mi-novembre et je ne pense pas à me retourner bientôt. Elle avait l’aire plus d’un dépotoir que d’un lieu de culture.

Babioles de toutes sortes mélanger avec des livres de cuisine, avec des romans, des classiques mélanger avec de mandala. Épouvantable!

L’espace n’est plus, on circule avec difficulté entre les tables et rangées. On ne voit rien, on ne distingue rien, on est étourdis.

Ma cher librairie RB, j’ai la chance d’avoir une liseuse et avec regret je vais te dire que jamais je ne mettrai mes pieds chez toi.

``Il y a des moments rares dans l’existence ou un port s’ouvre et ou la vie vous offre une rencontre que vous n’attendiez plus``

Guillaume Musso - Central Park

Encore un réveille brutal a six heures du matin, cette fois si Andreea a oublier de désactiver son alarme du lundi passé. Donc, de bonheur encore, après le tam-tam du matin, douche, brosse à dents, peigne (pour Andreea) on est partie vers le pub du village en espoir d’un petit-déjeuner. On a flâné un peu au pas d’escargot jusqu’à huit heures quand la porte du pub s’ouvrit brusquement. Seuls clients dans la sale on a bu un café, on a manger des sandwichs (mon impression le même du hier soir) et vite on se mis en marche pour chercher l’auto et aller rencontrer Odette.

``Le Colibri`` ne se trouve pas loin du condo, au bord du lac au milieu de la forêt.

Il y avait un silence que depuis longue temps j’ai ne pas écouté. Le lac été un miroir sur lequel flottait des grosses feuilles vertes des plantes aquatiques.

Pour trouver Odette ça été une autre histoire.

Au Colibri il n’y avait personne. Sur la porte du soi-disant bureau il y avait une note qui disait beaucoup sur la propriétaire :

>> Partie en forêt, ramasser des champignons. De retour vers 14 heure. Deux chambres libres à louer si vous avez envie. `` Odette >>

Mauvais heure 11. Trop tard pour mettre la main sur Odette. À la place de rester plantées là on a décidé, Andreea et moi, de partir à travers la forêt sur la trace d’Odette. À gauche du motel un petit chemin se faisait place entre les arbres. Il été chaud mais une petite brise frapper les branches. On entendait seulement le bruissement des feuilles et le chant des oiseaux. Des temps en temps Andreea criait `` Madame Odette ! ``   

On se perdu comme ça a travers la forêt pendant une heure. Quand elle nous a répondu `` Par ici! `` on ne croyait pas nos oreilles. On avait réussi. Après encore deux heures de fouille dans la forêt. Les deux paniers d’Odette débordant des chanterelles, des bolets orange, des pleurotes et autres champignons que je ne retiens plus leurs noms, on revient au chalet.

Un peu bizarre Odette, pas une seule fois elle nous pas demander qu’est-ce qu’on lui veut. Une fois au chalet sans aucune gêne elle nous a demander d’acheter de la bière. Andreea est partie l’acheter. Odette a commencé a cuisiner des champignons qu’on a cueilli. Elle nous a inviter a manger et a boire avec elle.

Une fois une bière bue, Odette nous demande en fin qu’est-ce qu’on veut. Comme on se parler avant Andreea a commencer a lui exposer notre recherche. Une bière, deux bières les langues se démêles, les histoires se racontes, les informations passent inaperçu. La proximité de la forêt, avec son vague murmure des feuilles, le feu de champs qui dansait dans la noirceur de la soirée, créait une atmosphère très propice aux confidences.

Pas question de divulguer l’existence du manuscrit, donc on a inventé l’existence d’une vieille voisine qui cherche sa cousine perdue de vue depuis des dizaine d’année.

Qu’est-ce qu’on a appris. On a appris qu’au début des année ’90 le village était encore peupler des jeunes filles et garçons. Les plus intelligents une fois à l’âge adulte quittaient la maison parentale sans regarder en arrière et s’établissaient en ville au Québec ou à Montréal. Peu sont rester au village (C’est Odette qui dit, pas moi 😊)

 Elle a reconnu Charlotte tout suite en étant la sœur du Chantal Tx (super information pour nous). Chantal est amie avec elle et de temps en temps elle lui rende visite. Quand Charlotte a quitté le village sans dire un mot à personne, les questions ont commencer à se poser, mais pas trop. Elle été majeure, plusieurs jeunes quitter le village, la police n’a rien fait, tous pensaient que Charlotte est à Québec. Les yeux vertes n’a rien dit, il l’a vite oublier pour épouser Chantal. Il est mort cinq ans plus tard dans un stupide accident d’auto.

Tout dans l’histoire d’Odette concorde avec le manuscrit. On est sur le bon chemin. La seule nouvelle importante, le nom de Chantal Tx, qui d’après Odette elle est médecin dans un hôpital à Québec City.

Notre prochain problème de la trouver. Ce soir on est resté dormir chez Odette dans son charmant chalet. Peut-être qu’on se mit trop d’espoir dans cette rencontre, ont été un peu dessues.

Le lendemain on est partie vers Montréal, pas avant un autre raid dans la forêt, Odette tenait beaucoup à nous remplir un sac des champignons.

Le chemin de retour a été plaisant, on a bavardé, on se poser des nouvelles questions sur le manuscrit, on a planifié la recherche de Chantal Tx.

Ce matin la température était un peu plus normale, une petite brise fraîche a passé sur ma terrasse. Chaude quand même.

Maintenant je vais vous parler un peu de `` Livre de M`` écrit par Peng Shepherd à cause de quelle j’ai encore perdu une nuit 😊 Il y a quelques mois de cella.

Une sublime SF. Une avalanche d’images, des couleurs et des idées, d’une imagination sans borne. Un nouveau monde. L’apocalypse planétaire qui commence tranquillement sans douleur, sans soupçons, dans un marché d’épices en Inde. Hemu Joshi perd son ombre.

Ory, Max, Naz, Ursula, Zachary et plusieurs autres mènent leurs vies aux États-Unis, mais pas pour longue temps. L’apocalypse gagne la Terre entière. Il y a un espoir quand même dans Celui Qui Rassemble. Il vit a la Nouvelle Orleans. Personne ne sait de quoi à l’aire, personne ne sait qu’est-ce qu’il fait, néanmoins les rumeurs sur lui fascine.

Des voyages dangereux sur des routes impossibles, le vrais, le faux, l’imaginaire des êtres, la nature qui devient piège, un tumulte d’image qui vont rester longs temps présente dans vos souvenirs.

Un seul hic avec ce roman, la fin. La fin est tellement réaliste qu’on s’attend pas du tout, on veut toujours que la fin soit bonheurs, soit soleil. Dans ce cas pour moi est une moitié de soleil. Je voulais le bonheur total et pourquoi? Parce que c’est ne pas la vraie vie, c’est le `` Livre de M``.

Bravo madame Shepherd!

Va suivre … à bientôt …

Fiction

Les autres jours ...

  1. Jessica Burton – Les secrets de ma mère
  2. Pierre Bergé – Lettre à Yves
  3. Michele Fitoussi – Helene Rubinstein
  4. Truman Capote – Petit déjeuné chez Tiffany
  5. Joel Dicker – Le livre de Baltimore
  6. René Frégni – Dernier arrêt avant l’automne
  7. Nathalie Kuperman - On était des poissons
  8. David Foenkinos – Le mystère Henri Pick 
  9. Elizabeth Gilbert – L’empreinte de tout chose
  10. Zelda Fitzgerald – Accordez-moi cette valse